Maroc Politique

Développement en Afrique: la contribution des CES revêt une importance “toute particulière”


Développement en Afrique: la contribution des CES revêt une importance “toute particulière”

mercredi, 18 décembre, 2019 à 20:01

Rabat – La contribution des Conseils Économiques et Sociaux à la réflexion sur les modèles de développement en Afrique revêt une importance toute particulière, a souligné mercredi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Dans une allocution lue en son nom à l’ouverture de l’Assemblée générale élective de l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires d’Afrique (UCESA), le ministre a, en effet, souligné que la tenue de cette assemblée est particulièrement pertinente au vu du contexte actuel, dans lequel une réflexion approfondie est menée au niveau du Continent sur les modèles de développement, l’intégration économique, tant au niveau continental que régional, ainsi que sur les différents défis que l’Afrique est appelée à relever et le rôle qu’elle est amenée à jouer dans le Concert des Nations.

“Dans le cadre de cette réflexion, la contribution des Conseils économiques et sociaux, en tant que forces de proposition et espace d’évaluation, d’analyse et de prospective revêt une importance toute particulière”, a-t-il affirmé.

Il a, à cet égard, noté que le CES bénéficie d’une place distinguée dans l’architecture institutionnelle du Royaume, ajoutant qu’il est élevé au rang d’Institution Constitutionnelle.

Le ministre a aussi saisi cette occasion pour réaffirmer l’engagement du Maroc en faveur du développement et de la paix en Afrique, évoquant notamment la cinquantaine de visites effectuées par SM le Roi Mohammed VI, lesquelles ont donné lieu à la signature de centaines d’Accords, ce qui a permis de “donner de la hauteur et de la profondeur aux relations du Royaume avec le reste du Continent et d’en faire la priorité de sa politique étrangère”.

Le Maroc, a-t-il poursuivi, ambitionne de mettre à disposition son potentiel, son expérience et ses forces vives pour contribuer à l‘effort consenti pour une meilleure gouvernance et une meilleure synergie entre les économies du continent ainsi que pour la mise en place de stratégies et surtout la réalisation effective de politiques multisectorielles permettant la réalisation des objectifs de la stratégie 2063 qui coïncidera avec la célébration du centenaire de la création de l’UA.

Par ailleurs, “l’engagement du Maroc vis-à-vis de défis tels la lutte contre le terrorisme, la migration pour laquelle le Maroc est champion continental et le changement climatique est réel et irréfragable”, a insisté M. Bourita

Le ministre a, à cet effet, indiqué que le Maroc accorde une mention toute particulière à la question du dérèglement climatique, qui s’est notamment manifesté à travers l’organisation du premier “Sommet Africain de l’action en faveur d’une co-émergence continentale” à l’initiative de SM le Roi, en marge de la COP 22, et qui fut l’occasion pour les pays africains de mettre au point une vision commune afin de défendre les positions et les attentes du Continent, liées à la question du changement climatique.

La prise de conscience, par le Maroc, de la corrélation existante entre les effets néfastes du changement climatique sur le développement de nos pays, a permis de hisser les questions environnementales au cœur des politiques publiques, des programmes de développement et des institutions appelées à les prendre en charge, a-t-il ajouté.

Il a cité pour preuve le fait que le Conseil économique, social et environnemental du Royaume s’appelait à l’origine “Conseil Économique et Social”. Le qualificatif “environnemental” y a été sciemment ajouté justement pour marquer l‘importance primordiale accordée par le Souverain et le Maroc à ce volet crucial de son devenir, a-t-il souligné.

De par ses répercussions environnementales bien sûr, mais aussi économiques, sociales voire territoriales, la problématique du changement climatique nécessite l’adoption d’une approche holistique, en intégrant la composante climatique comme facteur structurel en tant que tel, a-t-il conclu.

Créée en 2001, l’UCESA regroupe les CES d’Afrique et représente le continent dans le conseil d’administration de l’Association Internationale des Conseils Économiques et Sociaux et Institutions Similaires (AICESIS).

Elle vise en particulier une implication des CES dans le processus d’intégration, la promotion du dialogue social et l’organisation périodique de rencontres de réflexion.



Source link

Related posts

Baisse de 20% de la criminalité en mars 2020 par rapport au même mois de l’année précédente (DGSN)

admin

Nouveau modèle de développement : Des partis politiques insiste sur l’amélioration des conditions sociales et la mise en oeuvre de la régionalisation avancée

admin

Nador: saisie de près de 3,5 tonnes de chira

admin

Leave a Comment

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3