Réveillon : nous ne sommes pas tous égaux devant la gueule de bois

[ad_1]

Nous avons tous dans notre entourage des amis qui se vantent de n’avoir jamais eu la gueule de bois, même au lendemain de soirées de réveillons bien arrosées. Nous ne sommes, en effet, pas tous égaux devant l’alcool.

La gueule de boisse produit pour plusieurs raisons. Comme l’alcool est un diurétique, il provoque une forte déshydratation. Celle-ci provoque à son tour des symptômes tels que maux de tête , bouche sèche  ou difficultés de concentration. Mais l’alcool fait également chuter notre  taux de glycémie car il incite le corps à produire de l’insuline en réponse à sa forte teneur en sucre.

Sur le même sujet

Réveillon : comment éviter la gueule de bois

Tout cela contribue à provoquer ces maux de tête lancinants dont on a du mal à se débarrasser les lendemains de fête. Les nausées et vomissements proviennent en revanche de la gastrite alcoolique, qui est un effet toxique direct de l’alcool sur l’estomac.

Les personnes qui sont moins sujettes à la gueule de bois sont donc, tout simplement celles qui ont moins tendance à souffrir de maux de tête en cas de déshydratation. Ou celles qui sont moins sensibles aux effets de l’acétaldéhyde, la substance toxique produite lorsque de l’alcool est  métabolisé par le foie. Les symptômes de la gueule de bois sont également moins fréquents chez les personnes de plus de 60 ans.

« Mais cela ne signifie pas que ces personnes sont immunisées contre les effets de l’alcool à long terme » explique le  Dr Sarah Jarvis , médecin-conseil pour une Association britannique de prévention contre l’alcoolisme. « Au contraire, les personnes qui ont une tolérance à la gueule de bois ont tendance à boire avec plus d’excès, puisque leur corps de leur envoie pas de signaux d’alerte. Or, plus on consomme de l’alcool au cours de sa vie, plus augmente le risque de nombreuses pathologies : cancers, maladies du foie (cirrhose) et du pancréas, troubles cardiovasculaires, hypertension artérielle, maladies du système nerveux et troubles psychiques (anxiété, dépression, troubles du comportement) » insiste le médecin.

Le plus simple, en ces périodes de fête, est donc de « boire avec modération » comme le rappellent les campagnes de prévention et d’opter pour les aliments anti-gueule de bois. Et bon réveillon !

A lire aussi :

Inscrivez-vous à la newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes minceur et gourmandes

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3