Gabon : L’auteur présumé des tags anti-pouvoir de Port-Gentil arrêté ? – Gabonreview.com

[ad_1]

David Pandjo Ngoma alias Peter Brady Akewa, qui intervenait à visage caché sur les réseaux sociaux, a été arrêté samedi soir par la gendarmerie de Port-Gentil, a appris Gabonreview auprès de ses proches. L’activiste serait suspecté d’être l’auteur des tags antisystème inscrits il y a quelques jours sur les murs du siège local de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC).

A Port-Gentil, des tags antisystème ont récemment été inscrits sur les murs du siège local de la BEAC. © Facebook

 

Collaborateur de l’opposant port-gentillais Fefe Onanga, activiste depuis 2016 et agent de sécurité à la Société gabonaise des services (SGS), David Pandjo Ngoma a été arrêté à son lieu de travail samedi soir vers 22 heures par la Direction générale des recherches (DGR), a indiqué un de ses proches à Gabonreview.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un collègue de David Pandjo travaillant également à la SGS a été interpellé, de même source.

Se faisant surnommer Peter Brady Akewa – en référence au personnage Peter Brady de la série “L’Homme Invisible” -, le militant intervenait le visage masqué sur les réseaux sociaux.

L’activiste, qui se trouverait au commissariat central de Port-Gentil selon ses proches, se plaignait d’être suivi depuis plusieurs mois déjà. Lui-même et d’autres activistes disaient avoir identifié la voiture l’ayant traquée pendant plusieurs mois.

Des tags antisystème sur les murs du siège de la BEAC à Port-Gentil. © Facebook

Tags antisystème sur les murs de la BEAC

Peter Brady Akewa serait arrêté «pour son activisme» et «soupçonné d’avoir tagué les murs de la BEAC et injurié le chef de l’Etat», explique un proche.

Il y a quelques jours, les Port-Gentillais découvraient sur les murs de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) des tags comme : «Non au FCFA», «Sylvia Bongo dégage», «Gabon lève toi», «Abat le PDG» (sic), «Non au système Bongo», «Peuple, le pays pleure”, “La vertu doit l’emporter face au système Bongo PDG nous tue» (sic), «Gabon lève toi pour la dignité c’est eux ou nous nos armes c’est nous-mêmes» (sic), «3M pourquoi? Sauvons notre pays», «Vacance, c’est urgent», «PDG = Corruption».

A Libreville, des inscriptions anti-pouvoir – contre les Bongo ou contre le PDG, et appelant le peuple à un sursaut – ont également été taguées il y a plusieurs mois déjà.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3