Le nouveau modèle de développement doit placer l’individu au cœur du processus de développement (PPS)

[ad_1]

Le nouveau modèle de développement doit placer l’individu au cœur du processus de développement (PPS)

mardi, 7 janvier, 2020 à 18:16

Rabat – Le nouveau modèle de développement, en cours d’élaboration, doit placer l’individu au centre du processus de développement, a indiqué, mardi à Rabat, le Secrétaire général du parti du Progrès et du Socialisme (PPS), M. Mohamed Nabil Benabdallah.

“Le nouveau modèle de développement doit se baser, en principe et conformément à la vision du parti, sur l’individu en le plaçant au cœur du processus de développement”, a affirmé M. Benabdellah dans une déclaration à la presse à l’issue d’une séance d’écoute des représentants du PPS, organisée par la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) que préside M. Chakib Benmoussa.

“Les fruits du développement doivent bénéficier à l’ensemble des Marocains et Marocaines, notamment aux niveaux de la formation, de la culture et de la santé”, a-t-il ajouté dans ce sens, notant que la délégation du bureau politique du PPS a souligné, lors de cette réunion, l’importance d’adopter une croissance économique rapide, stable et productive, notamment en luttant contre les politiques publiques de rente, en optant pour une économie nationale transparente et une industrialisation créatrice d’emplois, de richesse et de valeur ajoutée, tout en réévaluant certaines orientations dans le domaine agricole et en considérant l’environnement comme un axe essentiel dans la protection des richesses.

La délégation, a poursuivi M. Benabdellah, a aussi mis l’accent sur la nécessité d’améliorer la gouvernance, de réformer la  justice et de garantir un climat propice au travail et aux affaires, en luttant contre la corruption et en trouvant une solution aux décisions locale et territoriale et au déséquilibre entre les décisions des élus et les décisions administratives.

La délégation a également mis l’accent sur la nécessité de prendre en compte les valeurs, ainsi que les dimensions culturelle et sociétale dans le processus de développement, notamment en reconsidérant la civilisation et le patrimoine marocains et en donnant à la culture l’importance et le poids qu’elle mérite en en faisant un secteur productif.

Par ailleurs, a relevé le Secrétaire général du PPS, la délégation s’est arrêtée sur “l’importance d’adopter la démocratie pour qu’elle puisse porter le modèle de développement, en appliquant toutes les dispositions de la Constitution de 2011 et en comptant sur des partis politiques forts en vue d’une réconciliation entre la question politique et les citoyens marocains”.

En outre, M. Benabdellah a souligné l’impératif de garantir un espace politique capable d’accueillir ce débat et ce dialogue national, en allant des points positifs du modèle de développement actuel et en dépassant ses limites pour se mettre d’accord sur les bases du nouveau modèle de développement.

Outre son secrétaire général, le PPS a été représenté par Mme Aicha Lablak, membre du bureau politique et présidente du groupe parlementaire du parti, Mme Charafat Afilal et MM.Abdeslam Seddiki et Karim Tej, membres du bureau politique du parti.

La CSMD a tenu, depuis la semaine dernière, des réunions avec les représentants du Parti Justice et Développement (PJD), de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), du Parti de l’Istiqlal (PI), du Mouvement démocratique et social (MDS), de l’Union marocaine du travail (UMT), de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), de la Confédération démocratique du travail (CDT) et du parti de l’Union Constitutionnelle (UC), qui ont exposé leurs visions du nouveau modèle de développement.

La Commission Spéciale avait décidé de procéder à une écoute large et ouverte des institutions et des forces vives de la nation, incluant les partis politiques, les syndicats, le secteur privé et les associations, dans un esprit d’ouverture et de construction commune.

Cette écoute large et ouverte vise à recueillir les contributions et les avis des parties sollicitées en vue de l’élaboration d’un modèle de développement, avait indiqué la Commission.

Dans cette même logique de participation et d’inclusion, la CSMD avait fait savoir qu’elle mettra en place une plateforme digitale permettant de recevoir et de collecter les contributions et les idées soumises par les citoyens, afin d’enrichir le débat et de partager les expériences et les réflexions.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3