Gourcuff a vécu « un calvaire »

[ad_1]

Le FC Nantes a concédé samedi soir un triste match nul contre Metz (0-0), que son entraîneur a vécu comme une défaite.

La bonne nouvelle pour le FC Nantes ? Les Canaris ont mis fin à une vilaine série de cinq défaites consécutives à la Beaujoire, toutes compétitions confondues, la pire de l’histoire du club. Mais ce 0-0 concédé samedi soir contre Metz était très loin de satisfaire Christian Gourcuff, qui n’a pas caché son énorme déception en conférence de presse.

« Il faut être honnête : j’ai vécu 90 minutes de souffrance, a confié l’entraîneur des Canaris, rapporte Presse Océan. Dans l’expression de notre jeu il y a eu trop d’insuffisances, d’approximations, un jeu statique qui ne permet pas de contrôler la partie. La seule bonne nouvelle ce soir c’est d’avoir retrouvé (avec le retour de Nicolas Pallois, ndlr) un axe défensif qui nous a permis de ne pas concéder de but et de prendre un point. (…) On a fait preuve d’insuffisances et de suffisance. On ne peut pas se permettre d’être aussi détaché. Le fait d’être statique complique les choses sur le pan technique. Et là, beaucoup de limites apparaissent. Les seules situations offensives sont venues quasi-exclusivement de Moses Simon. »

« On ne peut pas continuer comme ça »

Gourcuff était privé pour cette rencontre de Renaud Emond, l’avant-centre recruté en janvier, qui n’a toujours pas marqué en Ligue 1. Il a relancé Kalifa Coulibaly, blessé depuis le début de l’année civile, qui a joué une heure avant de céder sa place à Ludovic Blas, le meilleur buteur de l’équipe, laissé sur le banc au coup d’envoi. « Il faut regarder les choses en face, ce n’est pas la peine de faire de la com’: ce match doit servir de déclic, peste Gourcuff. On ne peut pas continuer comme ça. OK, il y a des joueurs qui reviennent de blessure mais on ne peut pas faire abstraction de ça. (…) Quand chaque passe est compliquée, vous ne pouvez pas avoir de la fluidité. Quand il faut trois-quatre touches pour sortir le ballon, c’est compliqué. Je l’ai vécu comme un calvaire. »

Les statistiques en faveur des Canaris (56% de possession de balle, 18 tirs, 7 cadrés) sont un leurre. Les coéquipiers d’Abdoulaye Touré ont été essentiellement dangereux sur des frappes lointaines, ou sur coup de pied arrêté. « On a eu l’ascendant dans le jeu mais c’est une illusion car on n’a pas eu de véritable maîtrise, juge Gourcuff. Si chaque passe est compliquée, c’est impossible de peser, sauf sur action individuelle. »

Alors que Nantes rêvait timidement d’Europe après un début de saison surprenant, les Canaris ont glissé de la 5e à la 10e place en quelques semaines, avec cette série de cinq matches sans victoire. Mais pour Gourcuff, c’est plus le contenu qui est inquiétant. « Ce n’est que la vérité d’un match, on a montré d’autres choses dans d’autres circonstances il n’y a pas si longtemps, tempère à peine le technicien breton. Il faut regarder la réalité en face : ce n’est pas en cherchant des faux-fuyant qu’on avance. Ce qui est sûr c’est qu’on ne peut pas répéter la même prestation samedi prochain à Marseille… »

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3