Lacazette revit dans l’enfer grec

[ad_1]

En manque de buts ces dernières semaines, Alexandre Lacazette a offert la victoire à Arsenal sur la pelouse de l’Olympiakos (0-1), en 16e de finale aller de Ligue Europa. Dans une chaude ambiance, les Gunners ont été bousculés par les coéquipiers de Mathieu Valbuena.

« Les buts, c’est comme le ketchup. Quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps », a dit un jour Cristiano Ronaldo. Buteur en fin de match contre Newcastle (4-0), pour mettre fin à une série de neuf matches sans trouver le chemin des filets, Alexandre Lacazette a remis ça jeudi soir en Grèce. Mais cette fois, son but est capital, puisqu’il permet à Arsenal de l’emporter sur la pelouse de l’Olympiakos (0-1) en 16e de finale de Ligue Europa.

Les Gunners de Mikel Arteta -qui dirigeait à cette occasion son premier match européen- ont pourtant été secoués par le club grec, dans un match disputé dans une très chaude ambiance. L’Olympiakos a été emmené par un Mathieu Valbuena en grande forme. L’ancien Marseillais s’est procuré la première grosse occasion du match (3e), avant d’inquiéter Bernd Leno sur coup franc (74e).

Arsenal n’a jamais semblé en totale maîtrise mais les Londoniens, avec le duo Lacazette-Aubameyang dès le coup d’envoi, avaient des arguments à faire valoir. L’attaquant français a d’abord manqué le cadre de très peu, sur une remise en retrait parfaite de Martinelli (20e). Mais il a surgi au bon moment pour couper un centre de Saka, après un mouvement initié par Aubameyang (0-1, 81e).

Lacazette aurait même pu s’offrir un doublé en contre (85e), et Sokratis a trouvé la barre dans la foulée (86e), mais la soirée reste très positive pour Arsenal. « C’est une victoire méritée, on n’a pas concédé trop d’occasions franches », a jugé sur RMC Sport un Lacazette qui a donc mis à profit la trêve hivernale offerte aux clubs anglais début février. En stage à Dubai, l’ancien Lyonnais s’est refait une confiance. « Il n’y a pas qu’à Dubai, ça fait un moment que je travaille beaucoup, explique-t-il. Avec les assistants, on reste focus sur le travail devant le but, et ça commence à payer. » Si l’on en croit la métaphore du ketchup, ce n’est qu’un début.

 



[ad_2]
Source link

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.