UCCA : Lilian Giscard Ogoula sort indemne du «guet-apens camerounais» – Gabonreview.com

[ad_1]

En pleins travaux de la session ordinaire du Comité directeur de l’Union des conseils des chargeurs africains (UCCA), le 20 février à Douala, Lilian Giscard Ogoula a manqué de se faire éjecter du secrétariat général de l’UCCA. Explications.

Lilian Giscard Ogoula lors des travaux de la session ordinaire du Comité directeur de l’UCCA, le 19 février 2020 à Douala. © D.R

 

Les travaux de la session ordinaire du Comité directeur de l’Union des conseils des chargeurs africains (UCCA), à Douala, ont enregistré un fâcheux incident, le 20 février. La séance de travail a été suspendue plusieurs heures durant, suite à la colère du directeur général du Conseil national des chargeurs du Cameroun (CNCC). Ce dernier contestait une décision du secrétaire général de l’UCCA, le Gabonais Lilian Giscard Ogoula.

Excédé par les écarts de sa secrétaire particulière, une Camerounaise cumulant plusieurs années à ce poste, Lilian Giscard Ogoula a décidé de congédier cette dernière. Heurtée par cette décision, la dame va actionner son carnet d’adresses pour invalider la décision. D’où la démarche d’Auguste Mbappe Penda, le directeur général du CNCC, de prioriser ce point à l’ordre du jour des travaux du Comité directeur de l’UCCA, en menaçant que le Cameroun se retirerait des travaux.

Ce dernier va alors imposer un huis clos entre les directeurs des Conseils des chargeurs pour discuter de ce point. À cette occasion, Auguste Mbappe Penda et ses soutiens vont exiger que Lilian Giscard Ogoula soit démis de ses fonctions. Ils vont surfer sur la décision du Gabon d’engager le Conseil gabonais des chargeurs (CGC) dans une fusion-absorption avec l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag). Prise en janvier 2019, cette décision avait déjà provoqué une levée de boucliers avec en ligne de mire la destitution de Lilian Giscard Ogoula, élu à la tête secrétariat général de l’UCCA en septembre 2018.

«Cet argument a été battu en brèche, car les textes de l’UCCA sont clairs : ce sont les États qui adhèrent, et non les sociétés ou entreprises, par l’entremise de leurs conseils des  chargeurs ou organismes assimilés, comme c’est le cas de l’Oprag. L’autorité portuaire gabonaise est à jour dans ses cotisations. On ne peut accepter que l’Oprag paie ses cotisations et considérer que sa position est ambiguë», a confié un membre de la délégation gabonaise à Douala, ayant requis l’anonymat.

À ce qu’il semble, l’Afrique de l’Ouest a toujours occupé le secrétariat général de l’UCCA. Or, avant l’élection du Gabonais, les textes ont été revus pour favoriser une gestion tournante du secrétariat général. Le tour revenait à l’Afrique centrale et c’est le Gabon qui a été élu. «Mais l’Afrique de l’Ouest, voulant rester aux commandes du secrétariat général, a fait bloc pour invalider l’élection du Gabonais. Les deux premières années de son mandat ont été infernales», selon une indiscrétion.

Finalement, le Gabon et ses soutiens (Ghana, Côte d’Ivoire, Sénégal) se sont opposés à l’entorse au fonctionnement de l’UCCA. Le comité directeur de l’UCCA a entériné le limogeage de la secrétaire particulière de Lilian Giscard Ogoula, tandis que ce dernier a été assuré de terminer son mandat qui s’achève en 2022. Après avoir validé l’exercice budgétaire 2019 de l’UCCA, le Comité directeur devrait également adopter projet de budget 2020. Tout est bien qui finit bien pour Lilian Giscard Ogoula.

[ad_2]
Source link

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.