Syndicalisme : L’accablant constat de Jean Rémy Yama | Gabonreview.com

[ad_1]

Face à la discrimination et à la persécution permanentes, dont disent être victimes les partenaires sociaux, le président de Dynamique unitaire est parvenu à un triste constat. «Faire du syndicalisme intègre, pur et honnête est un sacerdoce au Gabon», a affirmé Jean Remy Yama, le 28 février à Libreville.

Les responsables de Dynamique unitaire. © D.R.

 

«Faire du syndicalisme intègre, pur et honnête est un sacerdoce au Gabon». C’est l’amer constat fait par le président de Dynamique unitaire, à l’ouverture du deuxième congrès ordinaire de la confédération syndicale, le 28 février à Libreville. Jean Rémy Yama en veut pour preuve, la discrimination et la persécution permanentes dont sont victimes les partenaires sociaux.

En s’offrant un exercice de rétrospection des cinq dernières années de lutte syndicale pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs gabonais, ainsi que pour l’établissement d’un réel État de droit, Jean Rémy Yama a mis en relief de multiples entraves inquiétantes rencontrées par DU. Ces entraves sont le fait de la puissance publique et menacent gravement l’exercice des libertés syndicales et le respect des droits relatifs aux acquis sociaux.

S’agissant de la persécution dont ont été victimes les membres de la Dynamique unitaire, Jean Rémy Yama, souligne notamment, entre 2015 et 2019 l’intimidation, l’agression par les forces de sécurité, la garde à vue arbitrairement ou incarcération de plus d’une vingtaine de syndicalistes membres des organisations syndicales affiliées à la confédération syndicale. Sur les violations des libertés syndicales, l’on retiendra principalement l’interdiction systématique par le Ministère de l’Intérieur de toutes les manifestations publiques de DU, y compris à l’occasion de la fête du Travail.

Quant à la discrimination, trois faits permettent d’illustrer cette situation : le non-versement à DU de la subvention (argent du contribuable) donnée aux centrales syndicales ; la non-participation de DU à la conférence internationale du Travail à Genève et l’exclusion de DU aux réunions convoquées par le gouvernement.

«Je salue le courage de tous ceux qui ont traversé toutes ces épreuves et sont restés constants malgré l’appât du gain. DU paie un lourd tribut suite à son engagement syndical pour la défense des intérêts matériels et moraux de ses membres et son engagement citoyen pour l’établissement d’un État de droit où tous les pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) seraient indépendants et œuvreraient pour le bien-être et la protection du peuple», a déclaré Jean Rémy Yama.



[ad_2]
Source link

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.