« Besoin de lâcher le vélo »

[ad_1]

Après avoir été confiné plusieurs jours aux Emirats Arabes Unis, Arnaud Démare est de nouveau privé de sorties, tout comme tous les cyclistes basés en France.

Comme tous les coureurs cyclistes, Arnaud Démare vit un début de saison étrange. Le sprinteur de la Groupama-FDJ fait partie des plus malchanceux, puisqu’il fait partie des quelques dizaines de personnes qui sont restées en quarantaine aux Emirats Arabes Unis en février. Et maintenant qu’il est revenu en France, Démare est à nouveau privé de sortie.

« Nous avons reçu un mail de la Fédération Française nous interdisant de sortir nous entraîner, explique le Picard dans les colonnes du Parisien. Et Marc Madiot le patron de l’équipe Groupama-FDJ nous a dit la même chose. C’est hyper frustrant, mais c’est différent de la première fois où j’étais bloqué à Abo Dhabi. Car là-bas, je prenais du retard sur mes concurrents qui pouvaient s’entraîner ou courir. Là, on est tous à égalité. »

« Je me suis préparé trois mois et demi depuis novembre pour faire cinq jours de course »

Le plus frustrant, sans doute, est de ne pas avoir de date de reprise en tête. « On nous dit début juin. Cela veut dire qu’il faut s’entraîner deux mois et demi sans espoir de courir, souffle-t-il. Mentalement, c’est trop dur. Alors, je coupe. C’est comme une seconde trêve hivernale. Je ressens le besoin de me régénérer psychologiquement. Mentalement, j’ai quand même pris une claque. La liste des courses qui s’annulaient au fur et à mesure, c’était tout mon programme ! Donc j’ai décidé de lâcher complètement le vélo. J’en ai besoin. »

En fait, l’ancien champion de France en a surtout marre des entraînements sur home-trainer. Ce qui lui manque, c’est l’adrénaline de la course. « Ce que je veux, c’est courir ! Je me suis préparé trois mois et demi depuis novembre pour faire cinq jours de course, explique-t-il à France TV Sport. Si on me dit tu reprends et que je n’ai qu’une semaine de vélo dans les jambes je vais courir direct. Peu importe mon niveau, ce que je veux c’est mettre un dossard et m’amuser. S’entraîner c’est bien mais ce n’est pas pour cela que je fais du vélo. » Une pensée aussi pour les quelques coureurs, comme le n°1 mondial 2019 Primoz Roglic, qui n’ont toujours pas accroché le moindre dossard cette saison…

Lire aussi:
Le Tour de France faussé par le coronavirus ?
Milan-San Remo, le chef d’oeuvre d’Alaphilippe (vidéo)



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3