Liberté provisoire de Noël Mboumba : l’ancien ministre n’a bénéficié d’aucune faveur, selon son avocat | Gabonreview.com

[ad_1]

Dans une interview à L’Union, vendredi 20 mars, Me Gildas Chansel Guissiga affirme que la liberté provisoire dont a bénéficié son client, en dépit du fait qu’il reste poursuivi par la justice, n’est ni une spécificité propre à Noël Mboumba ni même une faveur accordée à l’ancien ministre du Pétrole.

Me Gildas Chansel Guissiga, avocat de Noël Mboumba. © Gabonactu.com

 

Si elle a surpris certains et réjoui d’autres, la mise en liberté provisoire de Noël Mboumba, le 11 mars, a suscité un vif débat dans l’opinion nationale. Comme pour répondre aux nombreux médias ayant exprimé ces derniers jours leur étonnement, voire leur colère, à la suite de la libération conditionnelle dont a bénéficié l’ancien ministre du Pétrole, son avocat s’explique. Dans une interview au quotidien L’Union ce vendredi, Me Gildas Chansel Guissiga soutient que la décision du juge d’instruction et surtout la déclaration faite par son client quelques heures après sa sortie de prison ont été mal comprises.

«Je peux comprendre que les profanes puissent aller dans tous les sens, mais les initiés du droit savent parfaitement quelles peuvent être les conséquences juridiques de cette déclaration», a déclaré l’avocat, qui réaffirme à la suite de son client, 9 jours plus tôt, que celui-ci «a reconnu avoir exécuté des instructions malveillantes de la part des personnes qui ont profité de leurs positions dominantes».

Aussi, rappelant que Noël Mboumba bénéficie, comme tout justiciable, de la présomption d’innocence, Me Gildas Chansel Guissiga assure que la liberté provisoire dont il a bénéficié n’était pas spécifique à l’ancien ministre qui au demeurant n’a bénéficié d’aucune faveur de la part de la justice. Pour l’avocat, il s’est agi d’«une décision fondée en droit» et plutôt habituelle dans le domaine.

«En droit, enseigne-t-il, la liberté est le principe et la détention l’exception. C’est donc en vertu de ce principe que j’ai sollicité la liberté provisoire de mon client, en application de l’article 143 du Code de procédure pénale. Sur le plan technique, il ne s’agit pas d’une prouesse juridique, car tous les jours des avocats sollicitent et obtiennent des juges la liberté provisoire de leurs clients.»

Chez nos confrères, Me Gildas Chansel Guissiga n’a d’ailleurs pas caché son étonnement face aux attaques dont son client est la cible depuis sa sortie de la prison centrale de Libreville. «Il y a bien des personnalités qui bénéficient actuellement de liberté provisoire, alors même qu’elles sont poursuivies pour des faits similaires», rappelle l’avocat qui informe que «l’instruction va se poursuivre et le juge d’instruction se prononcera par ordonnance» sur ce dossier.



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3