Confinement : 10 conseils de psy pour ne pas devenir dingue

[ad_1]

Vous n’êtes confiné(e) que depuis quelques jours mais, déjà, vous n’en pouvez plus. Les conseils d’Antoine Spath, psychologue clinicien, pour mieux traverser cette période difficile.

Ça ne fait pas encore une semaine que le confinement a commencé en France et pourtant : pour certains, ça ressemble déjà à une éternité ! Quant à l’angoisse d’être contaminé par le coronavirus, elle augmente elle aussi chaque jour. Le psychologue clinicien Antoine Spath distingue deux situations : le confinement en solo et le confinement en communauté – en couple, avec la famille, les amis, les colocataires… « Lorsqu’il est solitaire, le confinement peut réellement être à l’origine d’une détresse psychologique, explique le spécialiste. La personne peut avoir le sentiment d’être en prison… sans avoir commis le moindre crime ! » Les ruminations sont alors teintées de colère et d’injustice : « le danger, c’est de se renfermer sur soi-même, d’ajouter de l’isolement à l’isolement, de s’enfermer avec le petit vélo qu’on a dans la tête », souligne Antoine Spath. Avec des conséquences psychologiques à la clé si la situation se prolonge… Est-il plus facile d’être confiné avec sa famille, ses amis ou ses colocataires ? Pas forcément, selon le psychologue clinicien : « conjuguée au stress, la proximité (voire la promiscuité lorsqu’on est nombreux dans un petit espace) fait rejaillir les non-dits et les désaccords jusqu’ici soigneusement cachés sous le tapis ». Le risque, c’est l’explosion : « le problème, c’est que (dans ces circonstances particulières) le moindre conflit peut prendre des proportions énormes. En effet : « l’agresseur » aura la tentation de déverser toute son angoisse sur la « victime » tandis que celle-ci ne pourra pas réellement s’isoler pour « digérer » la situation… » Le conseil du pro. Pour garder la tête froide, le psychologue clinicien nous recommande de voir plus loin : « le confinement n’est pas permanent, il va forcément s’arrêter un jour ou l’autre. C’est dans cet « après » qu’il faut se projeter pour surmonter ces instants difficiles ». Quelques astuces à appliquer dès aujourd’hui.

Sur le même sujet

enfant

Merci à Antoine Spath, psychologue clinicien à Paris.

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3