Covid-19 : Jean Ping préconise un «Plan OMS plus» | Gabonreview.com

[ad_1]

Peu satisfait des mesures de prévention actuelles contre le Covid-19, l’opposant, leader de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), préconise d’adopter au Gabon un plan combinant les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le traitement des malades avec de la chloroquine et les solutions techniques dont dispose le pays.

Jean Ping, le 23 mars 2020. © D.R.

 

La stratégie mise en place par les autorités gabonaises pour faire face au Covid-19 dans le pays est loin de satisfaire Jean Ping, qui doute de la «transparence» des dirigeants sur l’état réel de la pandémie sur le territoire national. À la faveur d’une nouvelle sortie, lundi, l’opposant a proposé ce qui semble apparaître à ses yeux comme la solution miracle pour lutter efficacement contre la propagation de la maladie au Gabon. Il préconise l’adoption d’un «Plan OMS plus».

«Il s’agit d’un plan qui combine le plan de riposte de l’OMS, avec la prise en compte de l’accent que l’OMS met sur la nécessité d’adapter la riposte aux faiblesses que cette riposte peut rencontrer, notamment en matière de gouvernance et d’efficience dans la mobilisation des différentes ressources indispensables», précise l’opposant.

Selon Jean Ping, son plan tient sur quatre axes : la constitution de stocks de médicaments en vue d’administrer des soins à base de chloroquine, si cela s’avère nécessaire à très court terme ; l’élargissement de la recherche de l’appui et de l’assistance de tous les partenaires possibles, selon les recommandations de la Task force technique consensuelle ; la mise en place d’une coordination plus efficiente, au niveau du Gabon, des concours de l’OMS, de l’UA (à travers sa Stratégie conjointe sur le coronavirus), de l’UE et du Système des Nations unies.

De toutes ces propositions, le leader de la CNR insiste sur les soins à base de chloroquine pour soigner les personnes atteintes du coronavirus. Il assure qu’il s’agit d’«une ardente urgence à la lumière de ce [qu’il sait] de l’état de nos infrastructures et des limites sociétales du confinement».

Sur la création de la task force, Jean Ping précise enfin qu’il s’agit d’un «mécanisme consensuel» chargé d’assurer «une mobilisation réelle et visible multisectorielle en faisant appel au concours d’une diversité d’acteurs, de la société civile aux spécialistes, en passant par le secteur privé».



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.magenet.com/?ref=referral&ref_type=direct&ref_id=fdbtowo3tj30wqfh&ref_item=3