Mbour, 26 juin (APS) – Des membres de l’antenne départementale de Mbour (ouest) de l’association “Les amis de la nature” ont annoncé à l’APS être en train de travailler à redynamiser cette structure en léthargie depuis plusieurs années maintenant.

“Nous, écologistes de Mbour, après quelques années de léthargie, avons décidé de nous remobiliser pour redynamiser notre association, afin d’en faire un instrument servant à faire de notre cité une ville verte et, ainsi, préserver les deux mamelles de l’économie locale, la pêche et le tourisme”, a confié Serigne Bâ, président de l’antenne départementale de l’association ’’Les amis de la nature’’.

Selon lui, cette redynamisation vise à combattre l’insalubrité dans la capitale de la Petite-Côte, dont le cadre de vie se trouve dégradé par “des tonnes d’ordures qui s’amoncellent dans les rues, marchés, garages, maisons non occupées et autres faubourgs’’.

“Il nous faut véritablement redynamiser cette association et lui donner son véritable rôle de protection de la nature”, a insisté Serigne Bâ, déplorant la prolifération des emballages plastiques à travers les rues de Mbour.

De même, les ordures ménagères “de toutes sortes que l’on déverse dans l’océan (…), constituent une menace réelle pour la santé des populations que nous sommes”, s’est alarmé M. Bâ, professeur d’anglais à la retraite.

Il a par ailleurs pointé “la boulimie de certains chalutiers étrangers qui déciment la ressource halieutique qui doit être préservée pour les générations actuelles et futures’’, ce qui “n’est pas pour assurer la sécurité alimentaire du pays”, la pêche se trouvant “menacée par la disparition de beaucoup d’espèces occasionnant, du coup, une raréfaction de la ressource halieutique”.

“Le secteur de la pêche, si important pour l’économie nationale, risque tout simplement de disparaitre dans quelques années si des mesures drastiques ne sont pas prises pour le sauver”, a alerté le président de l’association départementale “Les amis de la nature”.

A l’en croire, ‘”le tourisme aussi souffre d’une mauvaise image de la ville de Mbour véhiculée par les réseaux sociaux et certains tours opérators qui déconseillent aux touristes de visiter’’ la capitale de la Petite-Côte, “devenue très sale à leurs yeux, notamment le marché central, les plages et autres sites touristiques que jadis fréquentaient les touristes qui, aujourd’hui”, sont selon lui boudés par ces derniers.

A terme, l’antenne départementale de l’association ’’Les amis de la nature’’ s’engage à faire de Mbour “une ville propre, verdoyante”, avec “un cadre de vie agréable”, dans une optique de préservation des ressources, a indiqué Serigne Bâ.

Source link

Laisser un commentaire