Moins d’une semaine après avoir été saisi par le Premier ministre, le Sénat a adopté ce lundi 29 juin en termes identiques à ceux de l’Assemblée nationale la réforme de la Loi n°042 2018 du 5 juillet 2019 portant Code pénal. La dépénalisation de l’homosexualité est donc définitivement adoptée en République gabonaise.

 © Sénat-Gabon

 

Avec 59 voix pour issues essentiellement du Groupe du Parti démocratique gabonais (PDG), 17 voix contre et 4 abstentions, le projet de réforme de la Loi n°042 2018 du 5 juillet 2019 portant Code pénal a été adopté, lundi 29 juin, par le Sénat en termes identiques à ceux de l’Assemblée nationale.

Le Groupe des centristes qui s’est étonné de ce que le texte n’ait pas été confié en première lecture au Sénat qui l’a adopté l’an dernier a voté contre la réforme. Le président du groupe parlementaire n’a pas caché que leur décision a été motivée par le fait que le sujet de l’homosexualité, qui y est dépénalisée, «divise les Gabonais».

Le Groupe Front uni qui a également voté contre la réforme a estimé quant à lui que ce projet de loi n’était pas une urgence face à la crise sanitaire actuelle et son impact sur le quotidien des populations. Le groupe qui espérait avoir plus de temps pour réfléchir sur le sujet a regretté «un passage en force» qu’il a attribué aussi bien au gouvernement qu’à la présidence du Sénat.

Contrairement au Groupe des non-inscrits ayant catégoriquement rejeté la réforme, le Groupe du PDG au Sénat a décidé de voter de façon identique à l’Assemblée nationale. Le parti a dit avoir été convaincu par les explications du Premier ministre.

83 sénateurs étaient présents lors de cette séance plénière. Le vote de 3 sénateurs n’a pas été pris en compte. Aucune explication n’a été donnée.

 

Source link

Laisser un commentaire