[ad_1]

 

Alors que les leaders religieux l’avaient fixée au 25 octobre, le gouvernement vient de d’arrêter la date d’ouverture des lieux des cultes au 30 octobre, avec le dimanche accordé aux chrétiens et le vendredi aux musulmans. Parmi les autres décisions importantes annoncées dans la phase 2 d’allègement des mesures contre le Covid-19, figurent le décalage du couvre-feu de 22 heures à 5 heures du matin et la limitation des rassemblements politiques et syndicaux à 30 personnes. Airtel Money ou des enveloppes ont été imposés pour la dime.

© Gabonreview

 

Le gouvernement a décliné, ce 16 octobre, la deuxième phase d’allègement des mesures de luttes contre la Covid-19. Parmi les mesures importantes figure l’ouverture des lieux de culte réclamée depuis plusieurs semaines par les communautés religieuses. A cet effet, le ministre de l’Intérieur, Lambert-Noël Matha, a accordé le dimanche pour la célébration des cultes aux chrétiens et le vendredi pour les communautés musulmanes.

Toutefois, a relevé le membre du gouvernement, «l’ouverture d’une église est conditionnée par la délivrance d’une autorisation spéciale par le ministre de la Santé et celui de l’Intérieur. Par ailleurs, le nombre maximum de fidèles autorisé par culte a été limité à 30 personnes. Les fidèles doivent également remplir un fiche électronique pour donner les renseignements personnels qui permettraient, de prévenir ou de retrouver des cas-contacts en cas de contamination».

Poursuivant, Lambert Noel Matha a précisé que «la distanciation physique entre deux fidèles reste quant à elle de mise. La durée maximale de chaque célébration doit varier entre 45 minutes et une heure. Le paiement de la dîme se fera quant à lui, par voie électronique, transferts, ou dans une enveloppe fermée. La communion, les accolades les embrassades sont interdits».

Le couvre-feu décalé de 22 heures à 5 heures du matin.

Jusque-là appliqué de 20 heures à 6 heures du matin, le couvre-feu a subi un léger allègement, passant désormais 22 heures jusqu’à 5 heures du matin. Les autorisations actuelles de circuler sont «valables jusqu’au 26 octobre. D’autres autorisations seront délivrées aux entreprises publiques et parapubliques fonctionnant dans cette plage horaire, après vérification d’un certain nombre d’éléments démontrant la régularité de ces entreprises dont les demandes doivent être formulées sur le site www.formulairecovidgabon.ga », a précisé le premier policier du pays.

Les rassemblements politiques et syndicaux limités à 30 personnes.

La question des attroupements politiques et syndicaux n’a pas été éludée par le gouvernement. Limités à 10 personnes jusqu’à ce jour, les rassemblements passent désormais à 30 personnes, à l’exception  du Parlement et des établissement d’enseignement.

Toutefois, des dérogations pourraient être accordées pour des événements relevant des « services essentiels et des institutions», a précisé le ministre de l’Intérieur.

Les évènements sportifs, à l’instar de la rencontre Gabon-Gambie comptant pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations, se joueront à huis clos, tout comme les matchs de coupe d’Afrique des clubs que disputeront Mangasport et Bouenguidisport.

On notera également, la reprise totale des vols nationaux à partir du 16 octobre, l’obligation d’un test de négativité de 14 jours pour voyager à l’intérieur du pays et de 5 jours de validité pour voyager à l’étranger, la réouverture des restaurants à partir du 30 octobre et le maintien de la fermeture des débits de boisson et night-clubs, avec promesse d’une aide de l’Etat.



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *