[ad_1]

Estimant que le pouvoir prend le Covid-19 comme prétexte pour accentuer la coercition et tout contrôler y compris la liberté de culte, Mike Jocktane, président directeur international des ministères du Christ révélé aux Nations, appelle les leaders religieux à prendre leurs responsabilités. Pour sa part, il assure qu’il assumera les siennes.

Face aux nouvelles restrictions anti-Covid-19 plus coercitives, Mike Jocktane appelle les leaders religieux à prendre leurs responsabilités. © D.R.

 

Selon Mike Jocktane, avec les nouvelles mesures prises dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le pouvoir veut tout contrôler. Ce contrôle, dit l’homme de Dieu, le pouvoir veut l’exercer même dans l’église en piétinant la liberté de culte. «Il veut ficher les croyants en instaurant un laissez-passer obligatoire et l’enregistrement de ceux qui participent au culte quels qu’ils soient», a déclaré l’homme d’église pour qui, le système a peur de la liberté, de l’émancipation, de la capacité à s’élever, et à se réunir des croyants. «Le pouvoir veut vous contrôler», a martelé Mike Jocktane qui n’en veut pour preuve que l’enregistrement des participants aux cultes alors que les fidèles ne pourraient être que 30, tandis que de tels contrôles ne s’opèrent pas à l’Assemblée nationale.

«Existe-t-il une immunité parlementaire au Covid-19 au Gabon ?» a-t-il ironisé, insistant sur le fait que ces contraintes ont été mises pour empêcher aux croyants d’exercer leur liberté de conscience et de croyance. «Pourquoi limiter à un culte par semaine, si ce n’est pour nous séparer ?», a-t-il questionné. «Les figures du pouvoir ne s’empêchent pas de se mettre en scène pour distribuer l’aumône, sans même un simple geste barrière, et en utilisant l’argent qui n’est pas le leur ! Ils voyagent comme bon leur semble sans toutes ces restrictions», rappelle Mike Jocktane qui considère que le pouvoir instaure désormais «la ségrégation économique». «Qui pourra payer le test, pourra exercer sa liberté. Qui ne pourra pas, en sera privé ! Aucune Nation digne de ce nom n’a osé faire cela contre son peuple. Même les plus pauvres. Même les plus touchées», a-t-il dit.

«Ne tombons pas dans le double piège qui nous est tendu» exhorte l’opposant, appelant tout aussi les leaders religieux, quelle que soit leur obédience, à prendre pleinement leurs responsabilités. «Le peuple regarde, le peuple retiendra», a-t-il commenté. «Je veux dire clairement que pour ma part j’assumerai mes responsabilités. Je ne me cacherai pas. Je ne renoncerai pas», a-t-il conclu.



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *