[ad_1]

« Mon mari ronfle et c’est difficile à supporter. Je me demande si nous ne devrions pas faire chambre à part ? Pensez-vous que cela risque d’être la fin de notre couple ? » demande Brigitte, 59 ans. Le Dr Catherine Solano, médecin sexologue et andrologue (hôpital Cochin) lui répond.

Faire chambre à part n’annonce pas forcément la fin du couple, heureusement. Pour certains, c’est même une excellente décision ! En France, ceux qui font chambre séparée représentent environ 5 % des couples. Aux États-Unis, ce chiffre est plus proche de 20 %. C’est dire qu’il s’agit d’une question très culturelle. On sait aussi que les couples plus âgés ont plus tendance à dormir séparément.

Sur le même sujet

Couple et désir

Ne pas pouvoir dormir correctement est un réel problème

Quand deux personnes ont l’intention de faire lit séparé, elles invoquent plusieurs types d’arguments. Le plus souvent, il s’agit d’une gêne mutuelle. Ronflements, sommeil agité, pieds gelés l’hiver, tendance à lire très tard, conjoint qui parle en dormant, qui renifle parce qu’il est allergique aux acariens, qui est obligé d’aller aux toilettes plusieurs fois par nuit… D’autres ont un partenaire tirant toute la couette à lui, elles se réveillent frigorifiées… et n’arrivent pas à se rendormir. On pourrait trouver beaucoup d’autres raisons.

Ce type de gêne peut faire sourire, mais c’est un vrai problème de ne pas pouvoir dormir correctement et de se sentir épuisé, voire déprimé, et même malade par manque de sommeil. Cela peut mettre le couple en péril. C’est donc loin d’être anecdotique.

Des aspirations souvent contradictoires

Nous oscillons constamment entre désir de proximité amoureuse et aspiration au bien-être personnel, des aspirations parfois contradictoires. Il faut donc comparer les avantages et inconvénients de chaque choix à chaque moment de la vie du couple.

Certains pensent que faire chambre à part peut préserver leur désir. La distance crée un manque, une frustration vis-à-vis des contacts, et l’on a davantage envie de se retrouver si l’on dort séparés. L’autre n’est plus un meuble toujours présent, mais une personne vers qui il faut aller.

D’autres ont peur de perdre la magie de l’amour. Si le choix de la chambre séparée n’exclue pas l’échange affectif et une bonne entente au quotidien, il rend plus difficile la rencontre sexuelle entre les partenaires.

  • Si l’énervement guette, mieux vaut prendre de la distance. Dormir ensemble peut entraîner un agacement de plus en plus grand envers l’autre, qu’on risque de ne plus supporter, ou même conduire à l’épuisement. Il est alors préférable de dormir chacun de son côté pour mieux se retrouver plutôt que de basculer dans le ressentiment.
  • Si dormir ensemble est apaisant, eh bien, mieux vaut dormir ensemble ! Ensuite, à vous d’observer l’effet de l’éloignement sur votre sexualité : est-ce que la distance augmente votre désir mutuel ? Ou bien, au contraire, vous rend-elle étrangers l’un à l’autre ?

Ce que vous pouvez faire aussi

  • Vous offrir un matelas plus large : 160, 180 voire 200 cm
  • Installer deux couettes, chacun la sienne
  • Acheter une liseuse pour ne pas allumer la lumière
  • Porter des bouchons d’oreille si l’autre ronfle.
  • Opter pour des lits jumeaux : on est quand même dans la même chambre, on peut se parler. Ces lits peuvent même se toucher, avec des matelas séparés.
  • Passer une ou deux nuits par semaine chacun de son côté si l’on manque de sommeil.

À vous d’opter pour la solution qui vous convient le mieux.

A lire aussi :

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *