[ad_1]

Saly-Portudal (Mbour), 20 oct (APS) – La répression doit figurer en bonne place dans les actions prioritaires de la Cellule nationale de lutte contre la traite des personnes (CNLTP), a estimé, mardi, le magistrat Yakham Abdel Kader Lèye, Directeur des Affaires criminelles et des grâces au ministère de la Justice.


’’Dans les actions prioritaires stratégiques de la CNLTP doit figurer en bonne place la répression des trafiquants, puisque cet acte qui bafoue la dignité humaine ne doit pas rester impuni’’, a-t-il notamment indiqué au cours d’un atelier de planification stratégique de la CNLTP, pour la période 2020-2023.

 

Selon M. Lèye, une planification d’envergure nationale exige, pour son efficacité, l’implication de toutes les parties prenantes qui vont, de concert, identifier les forces et faiblesses du dispositif de lutte, avant de définir les actions prioritaires à soumettre au gouvernement, en vue de sa mise en œuvre.

 

Dans cette dynamique, ’’la CNLTP peut compter sur l’engagement du ministère de la Justice qui, depuis dix ans, a exprimé sa position toujours constante, à travers une circulaire invitant les acteurs de la chaîne pénale à faire preuve de rigueur dans le traitement des dossiers relatifs à cette criminalité génératrice de revenus illicites, notamment de la mendicité, de la prostitution ou du travail d’autrui’’, a insisté le magistrat.

 

La planification, à son avis, est un exercice qui doit avoir comme ambition de poser la problématique de la traite, de l’esclavage des temps modernes, d’en mesurer la gravité et l’ampleur, pour mieux envisager les voies et moyens de la combattre.

 

Selon le magistrat, la planification permet de ’’définir une feuille de route adéquate’’, concentrer les ressources sur les activités qui sont susceptibles de solliciter le changement recherché.

 

’’C’est fort de cette conviction que les autorités nationales, pionnières en Afrique de l’Ouest dans la mise en place d’un mécanisme national de coordination du style des Nations-Unies en matière de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants, ont institutionnalisé l’élaboration de la mise en œuvre et le suivi d’un plan d’action national périodique’’, a t-il fait valoir.

 

ADE/OID

 



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *